___________________________________________________________________________________

EXPOSITION 2008
"Chambre de Paix, Chambre de rêve" de Véronique Duhaut
Espace culture - du 20 juin au 7 juillet, 10h à 18h45
vernissage le 20 juin, 18h
lecture 20 à 30 mn pendant le vernissage "Une soirée" & "Trois tableaux" de Virginia Woolf par Sylvie Boutley


© Véronique Duhaut

"La chambre où l’intime nous appartient.
Le lit où le rêve se crée.
Les rêves s’accumulent.
Le temps se morcelle.
Les souvenirs se gravent en nous comme des instantanés.
La vie se souvient et nous dévoile…"
Véronique Duhaut

Véronique Duhaut
Photographe numérique, Plasticienne, Vidéaste
Née en 1960, vit et travaille en Avignon.
Depuis l’enfance, mes yeux saisissent des images parmi un quotidien d’ici et ailleurs. Mes rencontres avec les arts, par le théâtre et la danse m’ont bientôt éclairée et déclenchée quant à fixer et développer mon regard. Sur pellicule à l’époque ! 
Au fil des temps qui changent, de l’argentique au numérique, j’explore les successives techniques photographiques, puis filmiques, et sonores. Travail d’autodidacte : équipée d’appareils des plus communs, à partir desquels j’invente mes propres procédés. Ainsi, se construit instinctivement et se dégage une imagerie personnelle, expressionniste ou onirique, traduisant l’indicible, le tourment et l’espoir.
Chaque image est pour moi la représentation d’une émotion ineffable, parce qu’il n’y a plus de mots possibles à cet instant.
Ma recherche est de bousculer le regardeur, semer le doute dans son regard, le retenir, l’emporter et le faire parler.
J’aime le questionnement devant une image. Ne pas trop en dire, laisser les sensations et le trouble ouvrir des portes…
18 rue Neuvilly
84000 Avignon France
tél. : 04 90 87 15 13 ou 04 88 61 13 08
mobile : 06 13 56 28 66
email
http://acaciaa.club.fr/veronique-duhaut/

LECTURE 20 à 30 mn "Une soirée" & "Trois tableaux" de Virginia Woolf par Sylvie Boutley


© Véronique Duhaut

"Tous les secrets de l'âme d'un auteur, toutes ses expériences, toutes les qualités de son esprit sont gravés dans son oeuvre".
V. Woolf
Une littérature à l’épreuve du théâtre
Donner la parole aux mots
Restaurer par le théâtre l’intensité d’une rencontre, le souvenir d’une intimité perdue (“l’intimité ouverte de celui qui écrit et de celui qui lit”,  disait Maurice Blanchot).
Partager cette expérience en opérant une mutation c’est d’abord écouter ce que les mots ont à dire,  dans l’espace ludique du théâtre, quand ils viennent habiter des corps, des vies, des pensées.
Il faudrait, pour accéder au théâtre, sortir de la littérature par la littérature. Il faudrait imaginer un devenir autre à l’oeuvre originaire, à l’oeuvre accomplie, c’est-à-dire le poème, l’éprouver dans un autre temps, sur une autre scène.
C’est un théâtre d’exploration. Un espace potentiel pour accueillir le sens, par l’apparition simultanée des images et des mots.
Par la poétisation des corps, par l’art de la suggestion, proposer au spectateur de devenir, le temps d’une mise en corps et en voix, sujet percevant, rêvant et aux aguets.
La mise en “boîte”
Pour ma part, je suis toujours face à un dilemme quand je commence à envisager un travail dans l'espace concret du théâtre. D'un côté le vivant, les corps, ce lieu d'exposition de la parole vivante qu'est le théâtre et de l'autre l'oeuvre d'art : le poème, le texte, le lieu de l'échange intime, de la rencontre silencieuse, que Blanchot décrit dans "l’Espace Littéraire” ....
Je crois que Maeterlinck a mis le doigt sur la question : je pense aussi que le vivant peut détruire le chef d'oeuvre (l’oeuvre écrite). Et c'est toujours ce défi qu'il faut peut-être inlassablement relever quand on part d’une œuvre littéraire (non écrite pour le théâtre) pour en faire un acte théâtral.
C'est la tâche de l'écrivain de créer des personnages. Que fait l'acteur, le metteur en scène face à cette chose accomplie ? Tenter de restituer par une présence, par de l’humain, par du vivant, une certaine fragilité, la part de doute qui accompagne la mise en théâtre de l'oeuvre.
Moments d'incertitude, de découragement parfois, mais aussi de légèreté, d’autodérision ...
Sylvie Boutley

Sylvie Boutley
Sylvie Boutley, danseuse de formation, professeur et intervenante en danse contemporaine pendant de nombreuses années, découvre en 1985 l’univers théâtral du metteur en scène Claude Esnault et devient sa comédienne et sa collaboratrice artistique. Elle dirige actuellement la compagnie La Roquille (anciennement compagnie S,B***) et le théâtre avignonnais du même nom. Un lieu de recherche, de création et de formation. Chargée de cours à l’université d’Aix-en-Provence, elle enseigne également au département Théâtre du Conservatoire d’Avignon.
Compagnie La Roquille
3, rue Roquille - 84000 Avignon
04 90 85 43 68
email